22 mai 2015

L'attirance esthétique

AVANT-PROPOS
Cet article est une traduction. Vous pouvez lire l'original ici (anglais) : https://thethinkingasexual.wordpress.com/2014/03/22/aesthetic-attraction/
Étant moi-même asexuelle et ressentant régulièrement de l'attirance esthétique, il m'a semblé important de traduire cet article. On a très peu, voire ainsi dire aucune ressource en français sur la question, à part sur AVEN (http://www.asexuality.org/fr/wiki/index.php?title=Attirance).
L'article peut sembler anti-sexuel, mais je ne pense pas que ce soit l'objectif de l'auteure. Je ne suis pas non plus complètement d'accord avec ce qu'elle avance sur les personnes sexuelles, mais comme je ne suis pas concernée, je ne peux pas en dire grand chose.
Le choix du terme "baiser" est volontaire et non-péjoratif. Je n'aime pas dire "faire l'amour": pourquoi "faire l'amour" devrait être quelque chose de fondamentalement sexuel ?


TRADUCTION
Quiconque a passé un peu de temps à en apprendre plus sur l'asexualité en discutant avec des asexuel.les sait probablement que la plupart des asexuel.les ressentent de l'attirance esthétique envers les gens, malgré leur inaptitude à ressentir de l'attirance sexuelle. Dans l'attirance esthétique, il s'agit de l'image, du visuel de la personne : son corps, son visage, la façon dont elle s'habille, et même la façon dont elle bouge (même si c'est parfois séparé et identifié comme étant de l'attirance kinesthésique). Les asexuel.les peuvent avoir des types préférés : illes trouvent certains corps particulièrement attirants, illes ont des couleurs de cheveux, des couleurs d'yeux, des styles préférés, etc. En gros, si un.e asexuel.le ressent de l'attirance esthétique, c'est la même chose que quand un.e sexuel.le est attiré.e par quelqu'un de sexy, sauf qu'il n'y a aucune composante sexuelle quand un.e asexuel.le trouve quelqu'un sexy.


Je me suis aperçue que beaucoup d'asexuel.les se trompaient quand ils décrivaient et définissaient l'attirance esthétique. Les asexuel.les mélangent fréquemment ce que j'appelle la reconnaissance esthétique et l'attirance esthétique, chose que je faisais moi-même dans le passé. La manière la plus fréquente qu'ont les asexuel.les de décrire l'attirance esthétique, c'est en faisant une analogie avec la nature ou la peinture : "quand je me sens esthétiquement attiré.e par quelqu'un, je pense qu'iel est vraiment beau et j'aime lea regarder, mais je ne veux pas baiser avec; c'est comme regarder un beau coucher de soleil ou une peinture."
 
Cette analogie est logique, parce que reconnaître la beauté chez quelqu'un, sans désir sexuel, revient à reconnaître la beauté dans les images inanimées. Mais cela décrit la reconnaissance, et non l'attraction.


La différence s'applique aux personnes sexuelles également : une femme hétérosexuelle peut reconnaître une autre femme comme étant belle, mais ça ne signifie pas qu'elle est attirée par l'apparence de cette autre femme, comme elle le serait par celle d'un homme. Il est difficile de comprendre ce que l'attirance esthétique non-sexuelle représente pour un.e sexuel.le, et difficile de la comparer à l'attirance esthétique non-sexuelle que ressentent les asexuel.les. En d'autres termes, quand un.e sexuel.le reconnait qu'une personne du sexe envers lequel elle n'est attirée sexuellement est attirante physiquement, on ne parle presque jamais d'attirance esthétique. On parle, encore une fois, de reconnaissance esthétique.

Quand vous voyez un magnifique coucher de soleil, vous ne voulez pas baiser avec, et vous n'êtes pas non plus attiré, involontairement, par lui. Vous pouvez avoir une grande photo d'un magnifique coucher de soleil sur votre mur, et passer à côté tous les jours sans même y prêter attention, peu importe combien vous pensez qu'il est beau quand vous le regardez. Essayez donc de dire à voix haute "je suis attiré.e esthétiquement par les couchers de soleil" ou "je suis attiré.e esthétiquement par les tableaux de la Renaissance." Vous pouvez aimer l'art d'une certaine période, d'un certain style, suffisamment pour en faire la collection ou passer votre temps à en regarder. Cela ne signifie pas tant que vous êtes attiré par cet art, mais que vous l'appréciez. Il y a quelque chose de plus dans l'attirance, quelle qu'elle soit, que dans l'appréciation.


Depuis que j'ai compris que la reconnaissance esthétique n'est pas l'attirance esthétique, j'ai réalisé que l'attirance esthétique était peut-être quasi-exclusive aux asexuel.les. Je ne sais pas si vous avez déjà vu un.e sexuel.le être attiré.e par quelqu'un avec qui iel ne voulait pas baiser; l'attirance sexuelle inclue en effet toujours le style, le corps etc. de la personne. Un.e sexuel.le peut être attiré.e sexuellement par quelqu'un qu'iel ne trouve pas sexy, mais je ne pense pas qu'iel puisse trouver quelqu'un de sexy sans être attiré.e sexuellement par lui. En tant que sexuel.le, toutes les personnes du genre qui vous attire ne vous semblent pas physiquement séduisantes/sexuellement attirantes, mais quand vous voyez quelqu'un que vous trouvez physiquement séduisant et que cette personne est du genre qui correspond à votre attirance sexuelle, est-ce que cette attirance envers leur apparence est vraiment dénuée de sexualité ?

Permettez-moi de décrire la différence entre attirance esthétique et reconnaissance esthétique de mon propre point de vue. J'ai expérimenté les deux, même si la reconnaissance esthétique est plus commune que l'attirance. Je suis rarement attirée par la seule apparence des gens. Très rarement. Et quand j'ai réalisé que la reconnaissance esthétique n'est pas l'attirance esthétique, il m'est apparu clairement que j'avais été attirée esthétiquement par moins de dix hommes dans ma vie, et presque jamais par des femmes.


La reconnaissance esthétique, en gros, me pousse, quand je trouve quelqu'un beau, à penser "oh, cette personne a joli corps/un beau visage/un sourire charmant/des yeux charmants." Il n'y a rien de captivant à ça. Ce n'est pas très différent de quand on remarque la lune, ou un beau costume dans un magasin. (En fait, j'ai probablement ressenti plus d'excitation pour des voitures magnifiques ou pour des vestes de bonne facture que pour des gens que je reconnaissais comme étant beaux) La reconnaissance esthétique ne semble pas irrésistible. Il n'y a pas d'attirance involontaire, inexplicable envers l'autre personne, juste parce qu'on a reconnu qu'elle correspondait aux standards de beauté de la société ou autre. Je n'ai pas de pensées intrusives à propos des personnes que je trouve belles, si je le reconnais simplement sans ressentir d'attirance. Si je vois un.e bel.le étranger.ère dans un centre commercial, et que je ne suis pas attirée par ellui, je ne vais pas y repenser après coup.

Quand on ressent de l'attirance esthétique, c'est irrésistible. C'est comme s'il y avait une force magnétique poussant à regarder quelqu'un, le regarder vraiment et le plus longtemps possible. Quand je suis esthétiquement attirée par quelqu'un, je me rends compte de sa présence et de sa position dans la pièce. Si je suis esthétiquement attirée par une célébrité, je vais chercher des photos d'elle pour pouvoir la voir souvent. (Je suis presque sûre que personne ne va à la chasse aux photos de couchers de soleil sur internet, régulièrement, peu importe combien ils sont jolis) Quelqu'un qui m'attire esthétiquement sort du lot. C'est comme si vous regardiez une grande peinture presque entièrement en noir et blanc, hormis un cercle rouge quelque part, et que vos yeux étaient immédiatement et systématiquement attirés vers ce cercle rouge. C'est là où ils veulent aller. Et si vous vous éloignez de la peinture, vous repenserez à ce cercle rouge plus tard dans la journée, parce qu'il vous a vraiment apparu visuellement attrayant. Je reconnais que l'attirance esthétique fonctionne différemment selon chaque asexuel.le, et pour les asexuel.les romantiques, l'attirance esthétique peut être liée à l'attirance romantique. Mais personnellement, j'ai fini par comprendre que les personnes pour qui j'éprouve de l'attirance esthétique ne sont pas forcément les personnes que je choisis de mieux connaître, ni celles avec lesquelles je forme des liens émotionnels. L'attirance esthétique est une expérience en arrière-plan pour moi. C'est agréable quand ça arrive, mais comme ça arrive très peu souvent et que je sais que l'attirance esthétique n'a rien à voir avec l'intérêt global que je porte à la personne en tant qu'ami.e potentiel.le, je n'y prête que peu d'attention. Je n'ai pas besoin d'être attirée esthétiquement par quelqu'un pour être attirée émotionnellement par ellui, et le fait d'être émotionnellement attirée par quelqu'un ne signifie pas que je vais lea trouver esthétiquement attirant.

L'expérience la plus forte d'attirance esthétique que j'ai ressentie était envers un homme qui ressemblait de très près à mon type idéal. Un étranger total. Je ne l'avais jamais rencontré officiellement. Un.e ami.e à moi l'avait rencontré (c'était à l'Université), et m'avait dit "si tu veux, je peux vous présenter." Ce à quoi j'ai répondu "pourquoi faire ?"  J'aimais vraiment le voir dans le campus, j'adorais la sensation d'être autant attirée par son apparence, mais je me disais aussi "il est hétéro, il a une copine, les probabilités que j'obtienne ce que je veux en me liant avec lui sont nulles, alors pourquoi m'embêter ?" Et de toute façon, le fait qu'il était super sexy ne signifiait pas qu'on se serait bien entendu. Il parait que c'était un mec super, mais ça ne dit rien sur notre compatibilité.
J'ai indubitablement ressenti de l'attirance esthétique secondaire, qu'on peut décrire de cette façon : "J'ai rencontré quelqu'un de cool, développé des sentiments pour lui, nous avons construit une amitié significative, et je peux maintenant le voir comme attirant physiquement, même si ce n'était pas le cas quand on s'est rencontrés pour la première fois. Maintenant, je peux apprécier certains traits de son visage ou de son corps, son sourire, son rire, etc." En gros, c'est votre cerveau qui se fout de votre gueule, qui modifie la perception que vous avez de quelqu'un parce que vous l'appréciez ou que vous l'aimez. Si c'était un.e étranger.ère, vous ne lea regarderiez pas deux fois parce que vous ne lea trouvez en réalité pas physiquement séduisant.e. Mais une fois que vous l'aimez, d'un seul coup vous pouvez apprécier son apparence, non parce qu'elle est objectivement géniale mais parce qu'elle lui appartient. C'est son visage, ses yeux, sa voix, son corps, ses mains, ses cheveux, peu importe. Vous l'aimez, alors vous en êtes arrivés à aimer aussi ces parties de son apparence. 

Dans cette veine, les relations ou les rencontres sur internet en général, c'est vraiment bizarre pour moi parce que :
a) d'une part, très peu de gens me semblent physiquement/visuellement attirants
b) quand je navigue dans une mer d'étranger.ères sur internet (ou même dans la réalité), je prends majoritairement en compte l'apparence physique
c) je suis consciente du fait qu'il n'y a pas de lien entre les personnes que je trouve physiquement attirantes, et celles qui m'attirent émotionnellement.
Ce n'est pas que l'attirance esthétique n'ait aucune importance pour moi. Je veux être attirée esthétiquement par mon partenaire masculin, par exemple. Je sais ce qu'on ressent dans ce cas-là, et je veux faire partie de cette dynamique. Et pourtant, parmi toutes les relations significatives émotionnellement parlant que j'ai eues dans ma vie, très peu ont inclut de l'attirance esthétique, et aucune n'a commencé par là. Quand je regarde des profils de gens en ligne, je suis consciente que j'ignore des gens sur une base physique uniquement, en étant aussi consciente que je n'ai pas besoin d'être attirée esthétiquement par quelqu'un pour l'aimer et avoir une relation gratifiante avec lui. Alors, mis à part le fait que je ne veux pas vraiment d'une relation romantique normative avec qui que ce soit, les rencontres internet n'ont pas vraiment de sens pour moi.

Une autre chose que je veux mentionner brièvement, au sujet de l'attirance esthétique d'un point de vue asexuel, c'est ma récente prise de conscience sur la manière dont mes expériences d'attirance esthétique ont été influencées par des attitudes sexuelles assimilées. A savoir, l'objectivation sexuelle du corps féminin et l'érotisation de la sensualité/de l'affection physique entre deux femmes dans les médias.

Depuis que je suis petite, j'ai été attirée par les hommes : émotionnellement, esthétiquement, sensuellement. J'ai ressenti de l'amour passionné, de l'engouement passager, et du désir pour des hommes avec qui je voulais avoir une relation d'amitié romantique, ou une relation de couple normative. (En grandissant, je suis passée par une phase où je pensais que je voulais une relation romantique normative + monogamie + tout le bazar) J'ai ressenti de l'attirance esthétique forte envers les corps masculins, envers les hommes sur qui j'avais fait une fixette émotionnelle sans même être en premier lieu attirée par leur apparence, et j'ai toujours été consciente que je voulais et que je valorisais l'intimité sensuelle/physique/non-sexuelle dans mes relations émotionnellement significatives, même sans ressentir de l'attirance sensuelle pour tous. J'ai ressenti tous ces sentiments envers les garçons et les hommes pendant des années, avant de découvrir que l'asexualité existait et avant de commencer à m'identifier comme étant asexuelle. Je pensais être hétéro, mais il ne m'était jamais passé par l'esprit d'interpréter mes attirances émotionnelles et sensuelles envers les hommes comme étant sexuelles. Je ne m'inquiétais jamais de la possibilité de vouloir baiser avec des hommes. Je savais que je ne voulais pas. Peu importe combien j'aimais un homme, peu importe combien je voulais être proche de lui ou avoir une relation de proche intimité avec lui, je savais que je ne voulais pas ou que je n'avais pas besoin d'avoir de relation sexuelle avec lui. Même quand ces sentiments et ces attachements émotionnels avaient lieu et que j'avais une libido active, je savais que je ne ressentais aucun désir sexuel envers les hommes ! Pourtant, pendant ma jeunesse, comparé à aujourd'hui, j'avais une compréhension de la sexualité et de l'attirance bien plus rudimentaire.

Mais les rares fois, ces dernières années, où je me suis retrouvée à être attirée esthétiquement par des femmes, j'ai paniqué. J'ai pensé "oh, mon dieu". "Est-ce que je suis en train de ressentir de l'attirance sexuelle ? Envers les femmes ? Est-ce que c'est une nouveauté dans mon caractère social ?" J'ai analysé à mort ce que j'ai ressenti dans ces moments d'attirance. J'ai relu des descriptions d'attirance sexuelle en ligne, essayant de voir si ce que j'avais ressenti (la plupart du temps pas pendant plus d'une ou deux minutes, envers des étrangères dans des endroits publics) collait avec. Je me suis demandé : qu'est-ce que je veux de ces femmes ? Est-ce que je suis attirée sensuellement par elles ? (Non !) Qu'est-ce que je ressens dans mon corps ? Qu'est-ce qui se passe dans ma tête quand ça arrive ? Et puis, au fil des conversations avec mes proches, dont une femme asexuelle qui a toujours été plus attirée par les femmes que les hommes, je me suis aperçue que je flippais pour rien, pour des raisons complètement stupides. L'attirance esthétique que j'ai ressentie pour ces femmes, que je ne connais même pas, n'était en rien différente de ce que j'avais ressenti pour les hommes m'ayant attiré esthétiquement par le passé. En fait, mon attirance envers les femmes, qui est aussi intermittente et peu fréquente que mon attirance pour les hommes, est plutôt faible en comparaison de ce que j'ai ressenti pour les hommes. Si ce que j'avais ressenti pour les hommes ne m'avait jamais forcé à questionner mon asexualité, pourquoi une attirance similaire pour les femmes l'aurait-elle fait ? Je sais que ce que je ressens envers l'apparence seule des étrangers n'inclut même pas d'attirance sensuelle, parce que pour moi, l'attirance sensuelle est un résultat direct de l'attirance et de l'attachement émotionnel. Si je désire de l'affection ou de l'intimité physique, c'est que j'aime la personne. Je pense qu'il y a deux raisons derrière l'anxiété irrationnelle que j'ai éprouvée à l'idée de trouver les femmes esthétiquement attirantes :
1. Comme mon ami.e asexuel.le me l'a indiqué, les femmes et leur corps sont objectivés sexuellement dans les médias constamment, par tout le monde. On apprend aux femmes à se percevoir, elles et leurs consœurs comme des objets sexuels, et la façon la plus populaire de représenter les femmes joue sur leur attirance physique d'une manière sexuelle. Les femmes ne sont jamais juste jolies ou belles; elles sont sexy, l'intérêt de leur beauté physique résidant dans le fait d'attirer l'attention sexuellement parlant. On ne nous apprend pas que l'attirance esthétique non-sexuelle envers les femmes est possible. Les femmes sont soit sexy, soit moches. Leur beauté dépend de leur degré de désirabilité sexuelle.
2. Dans cette veine, la sensualité et le contact lesbiens sont souvent érotisés de façon sous-entendue car les médias sont créés par et pour le male gaze hétérosexuel [NdT : voir cet article à ce sujet : http://antisexisme.net/2014/01/12/lobjectivation-sexuelle-des-femmes-un-puissant-outil-du-patriarcat-le-regard-masculin/], et les hommes hétéro trouvent que le lesbianisme, c'est excitant. Je ne parle pas des vraies lesbiennes dans les séries et dans les films, qui ont des vraies relations lesbiennes, sexuelles ou non. Je parle des personnages féminins hétéro qui apparaissent dans des scènes suggestives, où une femme applique de la crème solaire sur le dos nu de l'autre, d'une telle manière qu'on est supposé trouver ça sexy, et ce même si elles ne baisent pas et qu'elles sont hétéro. C'est du fantasme. Le fantasme des hommes hétéro qui voient les femmes comme des objets sexuels dans chaque contexte qui les excite.

Cela ne concerne pas que les femmes, cela dit. Nous avons aujourd'hui atteint un point, dans la culture Américaine [NdT : que l'auteure se rassure, en France c'est pareil], où tout est sexualisé et romantisé : n'importe quel genre de contact affectueux, d'émotion forte, d'amour et d'affection verbalisés, de démonstration montrant combien quelqu'un donne de l'importance à sa relation avec quelqu'un d'autre... En gros, le message, c'est : "si vous voulez ou si vous ressentez quoique ce soit pour qui que ce soit et qui dépasse une "amitié" superficielle, non-émotionnelle, non-physique, insignifiante, vous êtes romantiquement et sexuellement attiré.e par cette personne. La seule raison pour laquelle vous voudriez toucher, aimer, être émotionnellement proche de cette personne, c'est parce que vous voulez baiser avec et être dans une relation romantique avec elle." Nous avons pris tous les marqueurs de connexion émotionnelle entre les êtres humains et avons réduit le contexte où ils peuvent se produire à un seul type de relation : la relation de couple romantique-sexuelle.

Les hommes et les femmes ne peuvent pas être amis. Les hommes ne peuvent pas être amis. Les femmes ne peuvent pas être amies. A moins que par "ami.es", vous entendiez des gens qui sortent de temps en temps ensemble dans des lieux publics et qui s'en foutent les uns des autres. Oh, et ils feraient mieux de garder au moins un mètre de distance entre eux, tout le temps.

Dans les médias américains, il n'y a aucune représentation d'amitié émotionnellement intime, affectueuse physiquement, sensuelle, profonde, ou significative entre deux personnages - indifféremment du genre - qui ne soit pas érotisée et/ou romantisée par la série/le film lui-même ou par le public. Tout est soit gay, soit hétéro parce que tout est sexuel. (Et les sexuel.les semblent choqué.es quand je dis qu'illes se foutent de l'amitié. Ou quand je suggère que les asexuel.les peuvent être capables d'un type d'amour non-romantique, non-sexuel dont les sexuel.les sont incapables)

Je ne me suis pas inquiétée parce que je me sentais attirée par l'apparence d'une femme. Je me suis inquiétée de la possibilité que cette attirance puisse être sexuelle, tout comme je me serais inquiétée si j'avais eu une raison de me demander si mon attirance pour les hommes était sexuelle. Maintenant que je comprends que mes attirances esthétiques pour les femmes ne sont pas plus sexuelles que mes attirances esthétiques pour les hommes, je peux me détendre, et me dire combien il était stupide de ma part de réagir de la sorte, de trouver des femmes attirantes, comme si c'était fondamentalement différent du fait de trouver des hommes attirants.

Si je peux être attirée par l'apparence d'un homme, et si je peux être sensuellement, physiquement intime et très affectueuse avec un homme, sans vouloir de relation sexuelle avec lui, je peux ressentir cela pour une femme également. Trouver quelqu'un physiquement séduisant ne signifie pas que vous voulez baiser avec ellui et ne signifie pas non plus que vous devriez chercher à avoir une véritable relation de réciprocité (de n'importe quel type) avec ellui. L'attirance esthétique n'est pas l'attirance romantique, l'attirance émotionnelle ni l'attirance sensuelle. L'attirance esthétique, ce n'est pas de l'amour. Et même l'attirance sensuelle peut être ressentie en dehors de l'attirance romantique, de l'attirance esthétique, et en dehors de l'attirance sexuelle.

Ce n'est peut-être pas le cas pour les romantiques-sexuel.les, mais je peux être très attirée par quelqu'un visuellement sans vouloir pour autant lea connaître, lea toucher, ou baiser avec. Et je peux vouloir toucher quelqu'un - sensuellement, affectueusement, intimement - sans vouloir baiser avec ellui, être dans une relation romantique normative avec ellui, ou me sentir attirée esthétiquement par ellui. Indifféremment du genre.

1 commentaire:

  1. Je pense que si, l'on avoir une attirance esthétique, selon sa définition, pour des images, des tableaux, des trucs autres que des humains. J'ai aussi du mal avec le "oh mon dieur" quand elle a eut une attirance pour des femmes... Une réaction compréhensive mais limite homophobe. Par contre... Elle m'a fait prendre conscience d'un truc sur l'attirance secondaire. Je n'ai que cela, les traits physiques, psychiques, esthétiques, etc. proviennent toujours après une appréciation spontanée... Enfin, merci de cette traduction ! Je ferais mieux de mettre ces commentaires sur l'article original puisque ce n'est qu'une traduction, si c'est à elle que je veux faire ces objections.

    RépondreSupprimer